ANURADHAPURA, PREMIÈRE EVASION SRI LANKAISE.

Anuradhapura, ville sainte du bouddhisme cinghalais, chaque monument, même en ruine impose le respect. Le site, déjà habité quatre siècles avant notre ère, devint le cœur d’un puissant royaume en conservant jusqu’au XIe siècle son statut de capitale, remplacée ensuite par Polonnaruwa. Le site a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1982. Anuradhapura se divise en deux entités distinctes, la cité ancienne et la ville moderne.

IMG_20190419_063418.jpg

IMG_20190419_113033.jpg

IMG_20190419_160732.jpg

IMG_20190419_130453.jpg

 

Aux abords de la ville nouvelle, les multiples vestiges de l’ancienne capitale du Sri Lanka (entre le IVe et le Xe siècle) se dressent fièrement sur des kilomètres de verdure. On s’y promène à vélo, à pied ou en tuk tuk à la recherche des stupas les plus impressionnantes, les temples les plus sacrés ou bien encore les ruines les plus adulées.

Nous avons choisis l’option à pied, pour profiter pleinement de ce véritable voyage dans le temps qui permet de toucher du doigt la splendeur passée de cette ville. La promenade est agréable car la Ville Sainte ne ressemble en fait pas à une ville mais plutôt à un immense parc arboré, il est même assez difficile d’imaginer qu’il s’agissait d’une ville.

Archéologues et historiens, estiment qu’autrefois cette cité florissante de plus de 50 km² pouvait compter plusieurs dizaines de milliers d’habitants vivant dans des maisons à étages. Le roi quant à lui vivait dans un palais d’à peu près 1 000 pièces, (oui rien que ça ! ), entourés de temples, sanctuaires, et de nombreux réservoirs d’eau. C’est vrai que pour comprendre une tel ampleur digne des grandes civilisations anciennes il faut s’imaginer dans le contexte d’autrefois.

En effet, c’est au cours du IVe siècle avant J-C que la ville fut fondée, mais c’est sous le règne du grand roi Dewanampiya Tissa, que la plupart des fastueux et somptueux palais, aujourd’hui en ruine, furent édifiés. Ce fut également un moment clé pour le pays, car c’est grâce à une rencontre celle avec le moine Mahinda que le bouddhisme entre au Sri Lanka, le roi alors convertit emmène son peuple dans sa nouvelle foi. 

 

COMBIEN DE TEMPS PRÉVOIR DANS LA VISITE DE LA VILLE SAINTE ?

Cela dépend de votre soif de découverte, je dirai qu’un jour suffit à s’imprégner de cette culture, de son histoire et de ces lieux. Cela dit si vous voulez tout voir alors comptez plutôt deux jours. L’option guide n’est pas indispensable pour parcourir les lieux, nous nous avons toujours le guide du routard en version numérique pour nous imprégner  et nous enrichir encore plus.

 

COMBIEN COÛTE L’ENTRÉE AU SITE ARCHÉOLOGIQUE ?

Le billet d’entrée du site s’achète au Jetavanarama Museum ou au kiosque à l’entrée principale du Musée Archéologique de la ville sainte. Le billet coûte environ 25$ par personne ce qui est vraiment pas donné. Toutefois, en plus du billet, l’Isurumuniya Temple coûte 200 roupies en plus par personne.

Cependant de nombreux lieux sont gratuits, nous avons donc pris le risque de nous passer du ticket en visitant seulement quelques temples qui ne l’exigeaient pas, hormis l’Isurumuniya Temple.

 

COMMENT VISITER LE SITE ?

Plusieurs option s’offre à vous :

  • En Tuk-Tuk : 2 500 roupies la journée.
  • En vélo : 500 roupies la journée.
  • A pied.

 

 

QUELS SONT LES MONUMENTS A VISITER ?

 

IMG_20190419_114930.jpg

 

IMG_20190419_140955.jpg

 

IMG_20190419_135708.jpg

 

Jaya Sri Maha Bodhi. 

Pour la petite histoire, Theri Sangamiththa, femme moine bouddhiste fille de l’Empereur Ashoka, serait arrivée d’Inde au Sri Lanka avec une branche de l’Arbre de la Bodhi (l’arbre de l’éveil, c’est à dire l’arbre sacré sous lequel Bouddha aurait médité et atteint l’illumination). Cette branche a été plantée à Anuradhapura et l’arbre peut être admiré au temple Jaya Sri Maha Bodhi, soutenu par un échafaudage.

Une grande ferveur religieuse entoure ce temple, avec de nombreux fidèles, des offrandes, des moines, des familles qui s’assoient pour prier ensemble…

IMG_20190419_132243.jpg

IMG_20190419_132221.jpg

 

 

Jethawanaramaya.

Un autre temple très important pour les Bouddhistes, et sacré car abritant également une relique de Bouddha. Le Jethawanaramaya fut lors de sa construction dès le IIIe siècle le plus grand monument du site, s’élevant à plus de 120 mètres, ce qui le classe troisième parmi la prestigieuse liste des monuments de son époque les plus hauts. 93,4 millions de briques aurait été utilisées ! Aujourd’hui en partie détruit, le stupa mesure 70 mètres de hauteur, toutefois on imagine très bien sa grandeur d’autrefois une fois face à lui.

IMG_20190419_140135.jpg

IMG_20190419_140317.jpg

 

 

Stupa Mirisaweti.

La raison de la construction de ce stupa est assez particulière. Le roi Dutugemunu bâti ce stupa en expiation (pardon des péchés) d’une faute. Il avait en effet consommé un mets sans avoir eu une seule pensée fraternelle pour ceux qui souffrent et qui ont faim. Toutefois, construire un stupa ne rempli pas l’estomac des pauvres mais cela donner bonne conscience, ce qui est totalement improbable quand on y pense. A l’intérieur du stupa tout blanc on retrouverait son sabre, sa lance et un bol de riz.

IMG_20190419_125821.jpg

 

 

Mahaviyara.

IMG_20190419_134142.jpg

IMG_20190419_134348.jpg

 

 

Temple d’Isurumuniya.

Le temple Isurumuniya est très différent des autres et est aussi un bel endroit, avec ses bassins et ses constructions intégrées dans la roche. Il s’agit d’un sanctuaire rupestre du IIIe siècle avant notre ère, qui faisait partie d’un vaste ensemble monastique surmonté d’un stupa blanc contenant une relique de Bouddha. Ce temple est idéal pour aller assister à un coucher de soleil.

IMG_20190419_121219.jpg

IMG_20190419_122100.jpg

IMG_20190419_122009.jpg

IMG_20190419_122216.jpg

 

 

Anuradhapura est l’approche idéale pour s’imprégner de la culture et de l’histoire du Sri Lanka, malgré son site historique très vaste et la chaleur dominante, c’est une halte incontournable lors de votre séjour sur cette île.