YOGYAKARTA, QUE L’AVENTURE INDONÉSIENNE COMMENCE.

Nous arrivons à Yogyakarta (à prononcer « Djodjakarta ») depuis Jakarta avec un train de nuit. Il est 5h30 du matin, nous commandons un Grab, l’application équivalente à Uber en Asie, puis nous prenons la direction de notre maison d’hôte. Une fois arrivée sur place, nous décidons de partir directement à la découverte de cette jolie ville où nous retrouverons deux temples somptueux, classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Nous louons le scooter pour 4,50 euros la journée. (environ en moyenne 70 000 à 90 000 roupies indonésienne)

Yogyakarta est une ville très dynamique, c’est un peu la capitale culturelle de l’île de Java, avec beaucoup d’étudiants et d’artistes. Des palais historiques aux œuvres modernes de street-art, en passant par l’artisanat traditionnel du batik, sans oublier les temples Borobudur et Prambanan.

BOROBUDUR, AUX HEURES MATINALES.

De Yogyakarta à Borobudur, il faut comptez environ 1 heure de route. Le chemin est bien indiqué. Une fois arrivé devant le site, des petits parkings payants s’offriront à vous.

IMG_20190719_080323.jpg

jhdr_soft

Borobudur est un temple bouddhiste, réminiscence de cette religion qui se partageait l’île de Java avec l’hindouisme, avant que l’islam n’arrive. Aujourd’hui, l’immense majorité des habitants de l’île de Java sont musulmans et le nombre de mosquées est impressionnant, très colorées par rapport aux mosquées européennes.

Borobudur est le temple que nous voulions à tout prix visiter en Indonésie. C’est en effet, le plus grand monument bouddhiste au monde. Ce monument a été construit entre la fin du VIIIe et le début du IXe siècle par Smaragunta, un souverain de la dynastie Sailendra qui a régné sur l’île de Java du VIe au Xe siècle. Un siècle après la construction, soit vers l’an 950, il fut abandonné comme la plupart des monuments qui se trouvaient dans le centre de l’île de Java. À la même époque, l’éruption du Merapi (volcan) ainsi que la jungle environnante ont dissimulé le temple qui fut complètement oublié pendant des siècles.

Ce n’est qu’au XIXe siècle que le Candi Borobudur fut redécouvert par le gouverneur général de l’île Sir Thomas Stamford Raffles. Ce dernier, qui était un grand passionné de l’histoire de Java, fut informé de la présence d’un grand monument enseveli dans la jungle près du village de Bumisegoro. Au début du XXe siècle, un administrateur néerlandais du nom de Hartmann, pris conscience de la valeur de ce temple et entrepris de le reconstruire. Les premiers travaux de construction se heurtèrent à des problèmes techniques et les résultats peinèrent à convaincre. De plus, le tremblement de terre suite à l’éruption du Merapi au début des années 60 retarda également les travaux de restauration qui furent complètement interrompus pour des raisons financières.

Et en 1973, sous la tutelle de l‘UNESCO, que la restauration put reprendre. Après 10 ans de travaux titanesques, le site de Borobudur a pu être ré-ouvert au public.

jhdr_soft

cof_soft

IMG_20190719_084959.jpg

jhdr_soft

jhdr_soft

L’entrée au temple Borobudur est très cher, toutefois il est indispensable de visiter et de prendre dans ce cas le billet combiné pour Borobudur et Prambanan. Comptez 45$ dollar par personne. 

 

PRAMBANAN, TEMPLE HINDOU.

 

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

jhdr_soft

Nous reprenons le scooter en direction du temple Prambanan, connu également sous le nom de Candi Lara Jonggrang, n’est pas un temple à proprement parlé, mais un ensemble de 240 temples shivaïtes. C’est le plus grand temple au monde dédié au Dieu hindou « Shiva le destructeur ». Après des centaines d’années de négligence, ce temple a été redécouvert par C. A. Lons, un Hollandais, en 1733. Depuis lors, il a été revitalisé et est aujourd’hui considéré comme l’un des plus beaux et gracieux temples hindou en Indonésie. La grandeur, la complexité ainsi que le concept architectural intégré de Prambanan rendent cette structure vraiment incroyable. D’ailleurs, en 1991, Prambanan a été déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO.

Ce complexe, construit entre 835 à 856, abrite les restes du roi de Mataram Balitung qui prétendait être une réincarnation de Shiva. C’est un spectacle magnifique et une icône du patrimoine culturel de l’Indonésie. Tout au long de son histoire, ce site a connu plusieurs destructions : incendies, tremblements de terre, etc., mais c’est probablement le tremblement de terre de 2006 qui a laissé le plus de séquelles. Actuellement, il est encore en restauration et de nombreux petits temples sont toujours éboulés.

jhdr_soft

cof_soft

 

YOGYAKARTA ET CES ALENTOURS.

Nous avons adoré nous promener dans les alentours de cette grande ville de l’île de Java. Entre cascades, rizières, volcan, un dépaysement total ! Prenez votre scooter et partez à l’aventure, promis vous ne le regretterez pas.

oznor_soft

cof_soft

IMG_20190720_125232.jpg

IMG_20190720_125039.jpg

Yogyakarta est obligatoire lors de votre passage sur Java, toutefois il ne faut pas juste visiter les deux temples incontournables mais justement prendre le temps de se perdre dans la région.

 

Publié par

Passionnés de découvertes, et à la suite de deux roadstrips en Europe, nous prenons la décision d'entreprendre un tout nouveau projet : faire le tour du monde. Aussi excitant qu'il soit, nous voulons partager avec vous nos moments, nos coup de cœur, nos doutes, nos conseils, nos inspirations...

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.